Skylar

Skylar, un golden retriever de trois ans de Port Hope, en Ontario, possède toutes les caractéristiques bien connues de sa race: c’est un compagnon gentil, énergique et attentionné pour sa propriétaire Grace Goheen, âgée de 74 ans.

En 2015, par un après-midi froid de décembre, Grace et Skylar sont partis en promenade dans une vallée boisée isolée située à deux kilomètres et demi de leur maison. Comme n’importe quel chien, Skylar adore explorer la nature; ce jour-là, Grace avait donc augmenté la longueur de sa laisse à six mètres. Après un certain temps, une odeur a piqué la curiosité de Skylar et il est parti devant en courant. Grace a alors glissé et est tombée sur le sol dur, se fracturant la hanche.

Accablée de douleur, Grace n’arrivait pas à se relever malgré ses nombreux efforts. Comme elle n’avait pas de téléphone cellulaire pour appeler à l’aide, elle a tenté de retourner chez elle en tirant son corps à reculons à l’aide de ses bras et de sa jambe valide. Toujours à une grande distance de la maison, elle a cependant réalisé l’énormité de la situation et a compris qu’elle n’y arriverait pas toute seule. Après une heure, complètement épuisée, Grace a renoncé et a commencé à pleurer de douleur et de désespoir, craignant ce qui pourrait arriver si on ne les trouvait pas bientôt. Il commençait à faire noir, et ayant déjà entendu des grognements d’ours et des hurlements de coyotes, elle était terrifiée par les animaux sauvages dangereux qui erraient dans les parages la nuit.

Peu de temps après, Grace a décidé de détacher Skylar, mais étant donné le lien incroyablement fort qui les unit, il refusait de s’en éloigner. Elle a donc commencé à crier à l’aide, dans l’espoir que quelqu’un l’entende, même si elle savait très bien que personne ne venait habituellement dans ce secteur à cette période de l’année. Comme si ce n’était pas assez d’être trempée jusqu’aux os à cause de la neige qui avait fondu, une pluie froide s’est mise à tomber. Ayant très peu espoir d’être secourue, Grace gisait sur le sol, frissonnant de tout son corps et submergée par l’émotion.

Enfin, deux phares sont apparus au loin et Grace, à son grand soulagement, a reconnu le véhicule de son voisin, Mike. Grace a demandé avec empressement à Skylar d’aller trouver Mike, mais à son étonnement, il a couru dans la direction opposée aux phares. Il est vite devenu clair que Skylar faisait en fait preuve de prévoyance et voulait trouver quelque chose qui aiderait Mike à comprendre la situation. Skylar est retourné en courant à l’endroit où Grace avait perdu ses mitaines quelques heures auparavant, en a pris une dans sa gueule et est revenu en courant vers les phares.

Arrêtant son camion, Mike a jeté un regard aux alentours et a aperçu Skylar qui courait vers lui. Inquiet de voir le chien seul, il a remarqué que Skylar tenait une mitaine dans sa gueule. Mike a alors compris qu’il essayait de lui dire quelque chose. Il est sorti de son camion et a suivi Skylar dans les buissons, où il a finalement découvert Grace gisant blessée sur le sol et tremblant de froid. Ébahi par la façon dont Skylar l’avait guidé, Mike a immédiatement couvert Grace de son manteau et a appelé les secours. On a conduit Grace à l’hôpital, où elle a été soignée pour de l’hypothermie et a subi une intervention chirurgicale à la hanche.

Plus d’un an plus tard, Grace est maintenant complètement rétablie de l’accident, mais elle n’oubliera jamais à quel point elle a frôlé la mort. Un policier de la région a tenu à souligner l’héroïsme de Skylar en posant sa candidature au Temple de la renommée des animaux Purina. Après tout, c’est l’intelligence, la présence d’esprit et la débrouillardise de Skylar qui ont permis à Grace de survivre à cette soirée dans une étendue sauvage enneigée qui aurait pu s’avérer fatale.

Leo

Leo, un Biewer Yorkshire terrier d’Ottawa, en Ontario, avait seulement quatre mois quand sa nouvelle propriétaire Brittany Cosgrove, 26 ans, l’a adopté d’un éleveur de la région. Et c’est quelques jours seulement après son adoption qu’il a démontré à sa propriétaire toute la détermination et tout le dévouement dont peut faire preuve même un petit chiot.

En décembre 2016, seulement dix jours après le début de leur nouvelle relation, Brittany a emmené Leo à son appartement de Vancouver après avoir visité sa famille à Ottawa pour les fêtes. C’était la veille du jour de l’An et après avoir mis Leo au lit, Brittany s’est endormie profondément. Souffrant d’insomnie, elle avait souvent de la difficulté à dormir, mais quand elle y arrivait, c’était plutôt difficile de la réveiller. À deux heures du matin, réveillée par les aboiements agressifs de Leo, Brittany a su qu’il essayait sans doute d’attirer son attention depuis un bon moment. Brittany s’est levée pour chercher à comprendre pourquoi Leo agissait de la sorte. Ce comportement était très inhabituel chez lui qui, jusque-là, avait été un chiot très calme et réservé.

Brittany a d’abord cru que Leo la prévenait de la présence d’un intrus. C’est seulement quand elle a tenté de se rendre à la salle de bain, située juste à côté de la chambre dans laquelle elle dormait quelques minutes auparavant, qu’elle a aperçu les flammes qui léchaient les murs et le plafond.
Constatant avec effroi que l’incendie n’avait déclenché aucune alarme, Brittany s’est emparée vivement de son téléphone pour appeler les pompiers. L’incendie a commencé à prendre encore plus d’ampleur, devenant incontrôlable.

Brittany a alors attrapé Leo et a fui son appartement. Peu après, les flammes se sont propagées à tout l’immeuble, forçant 30 autres résidents à sortir de leur appartement et causant des dommages majeurs. Comme aucun détecteur de fumée ne s’est déclenché cette nuit-là, les autres résidents n’auraient pas su qu’il fallait évacuer l’immeuble si Brittany n’avait pas téléphoné à temps au service d’incendie. Heureusement, tout le monde a réussi à s’en sortir indemne, et ce sont les aboiements continus de Leo et sa persévérance à réveiller Brittany qui ont entraîné cette suite d’événements cruciaux. La formidable intuition qui a permis au chiot de reconnaître la nature dangereuse des flammes – malgré le fait que ces images, sons et odeurs étaient nouveaux pour lui – a fait en sorte que tout le monde a pu se mettre en sûreté.

Quelques semaines après l’incident et après avoir perdu presque tout ce qu’elle possédait à cause de l’incendie, Brittany a quitté Vancouver et est retournée vivre chez sa mère à Ottawa. Même si elle doit tout recommencer, elle est reconnaissante d’avoir Leo, son chiot héroïque, à ses côtés quand elle envisage l’avenir.

Becky Jo

Becky Jo, un croisement entre un berger australien et un border colley de cinq ans venant d’Edmonton, en Alberta, est la compagne attentive et loyale de Tracy Matkea. Tous les ans, Tracy et son mari Butch passent l’hiver à leur ranch de Morristown, en Arizona, où ils élèvent et entraînent des chevaux pour la course aux tonneaux. Tracy, qui a longtemps évolué sur le circuit des rodéos, emmène souvent Becky Jo à ses séances d’entraînement dans le désert. Un matin, Becky Jo a prouvé qu’elle était bien plus qu’une fidèle camarade.

Le 10 janvier 2016 a commencé comme n’importe quelle autre journée. Tracy est sortie pour une promenade d’essai avec un jeune cheval et s’est aventurée dans le lit d’une rivière asséchée à 500 verges de la maison, Becky Jo la suivant de près.

Le cheval, s’emportant soudainement, a projeté Tracy au sol, où elle a instantanément perdu conscience. Et comme si la situation n’était pas déjà assez périlleuse, le pied de Tracy était coincé dans la selle et le cheval a traîné son corps inconscient sur le sol désertique rugueux et rocailleux sur presque un kilomètre. Le pied de Tracy s’est finalement libéré et le cheval est retourné au ranch sans elle.

Butch, très surpris de voir arriver le cheval seul, a réalisé que quelque chose de très grave s’était produit seulement en voyant Becky Jo revenir elle aussi toute seule. À son arrivée, la chienne a commencé à encercler le stationnement et à aboyer à répétition pour le prévenir que quelque chose n’allait pas du tout. Butch, paniqué, a sauté sur un VTT et a suivi Becky Jo sur près de cinq kilomètres pour trouver Tracy gisant immobile sur le sol et saignant abondamment.

Butch a immédiatement conduit Tracy à l’hôpital le plus près. Étant donné l’étendue de ses blessures, on a décidé de la transporter par avion à Phoenix. Elle a reçu des premiers soins pour ses blessures graves, dont des lacérations importantes au visage et à la tête, un os orbital fracturé et une commotion cérébrale majeure.

Plus de 100 points de suture et agrafes plus tard, Tracy s’est entièrement rétablie et doit vraiment la vie à Becky Jo. Sans la présence d’esprit et la rapidité d’action de la chienne, Tracy aurait très bien pu perdre la vie ce jour-là. Selon les médecins, si les saignements avaient duré 10 minutes de plus, elle n’aurait pas survécu. Tracy a toujours su au fond d’elle-même que Becky Jo était une chienne intelligente; elle sait maintenant que c’est cette intelligence qui lui a en fin de compte sauvé la vie.

Coco

Le prix Mieux ensemble de Purina – l’histoire de Kim et de Coco: Même si je n’ai jamais voulu de chien, mon mari et mes filles m’ont convaincue d’adopter Coco, un chien de deux ans. Le propriétaire devait s’en départir parce qu’il retournait aux études et que sa mère travaillait de longues heures en tant qu’infirmière et ne pouvait donc pas lui accorder de temps. J’étais un peu amère dès son entrée dans ma nouvelle maison. Il a même décidé de me laisser un cadeau sur le plancher de la cuisine. J’avais seulement accepté de le prendre pour une fin de semaine, question que nous puissions faire un essai. Après ce petit accident, j’avais très hâte de le renvoyer chez lui. La nuit arrivée, je l’ai vu sauter sur les lits de mes filles et les sentir pour s’assurer qu’elles allaient bien. Mon coeur a fondu et je suis tombée amoureuse de lui instantanément. J’avais dès lors un troisième enfant. Deux ans plus tard, ma mère a appris qu’elle était atteinte d’un cancer du poumon de stade 4. Le moins qu’on puisse dire, c’est que toute ma famille était dévastée. Au cours des huit mois suivants, son état s’est rapidement détérioré; respirer était devenu un combat. La photo que j’ai envoyée a été prise quelques jours avant son décès. Normalement, Coco est toujours dans la cuisine, où il attend qu’on lui donne sa nourriture. Mais cette journée-là, et toutes celles qui ont suivi, il est allé directement dans le salon, où le lit d’hôpital de ma mère était. Il se couchait à côté d’elle et ne la quittait plus jusqu’à ce que nous repartions à la maison. Ayant vécu 50 ans avec ma mère, mon père se sentait très seul après son décès. Sans elle, il était désemparé. Je lui rendais souvent visite avec Coco qui, chaque fois, sautait sur ses genoux pour le réconforter et le faire sourire. Nous remercions Dieu qu’il fasse partie de notre famille. Je ne sais pas ce que nous ferons sans lui quand son temps viendra. J’éprouve tant d’amour pour lui et je ne peux pas croire que j’ai déjà vécu ma vie sans vouloir de chien. Chaque jour, il est notre héros.