Sako

Sako est un King Shepherd énergique de quatre ans qui, petit, s’est joint à une grande famille d’une communauté tissée serrée, soit celle de Kanaka Bar, en Colombie-Britannique. Sako a grandi entouré d’amis et de membres de sa famille et, par conséquent, a développé un très fort instinct de protection au fil des ans. C’est ce même instinct qui a poussé Sako à protéger la vie d’un être cher le 10 juin 2014, au moment où il en avait le plus besoin.

Par une journée ensoleillée de juin, Joseph Phillips-Garcia, 16 ans, a pris la route en compagnie de sa tante, de son cousin, d’un ami et de son fidèle Sako. Ils allaient retrouver d’autres membres de la famille près du lac Botanie pour aller pêcher et récolter des pommes de terre sauvages, une activité très populaire dans la communauté. Sur le chemin du retour ce soir-là, leur véhicule a soudainement quitté la route et dévalé une pente raide de plus de 100 mètres, s’immobilisant brutalement dans les bois.

Pendant la chute dévastatrice, Joseph et Sako ont été projetés hors du véhicule. Tragiquement, ils ont été les seuls survivants de l’accident. Joseph s’est retrouvé couché au bas de la pente, avec des fractures au fémur et à la clavicule, des blessures graves qui l’empêchaient de bouger. Il est demeuré dans la forêt – à moitié conscient, frigorifié, blessé et affamé – pendant deux jours, une proie facile pour les prédateurs sauvages.

Mais Joseph n’était pas seul. Miraculeusement, Sako a également survécu à l’accident et, fidèle à lui-même, il est resté aux côtés de Joseph, montant la garde et l’aidant de tous les moyens possibles pendant qu’ils étaient là. Pour le garder au chaud, Sako se couchait près de Joseph et l’aidait à rapprocher des branchages pour qu’il puisse faire un feu avec le briquet qu’il avait dans sa poche. Pour qu’il reste hydraté, Sako aidait Joseph à se glisser près d’un ruisseau à proximité afin qu’il puisse boire de l’eau. Pour assurer sa sécurité, Sako arpentait les buissons et les environs pour repousser les coyotes et autres prédateurs qui tournaient autour du site de l’accident, hurlant et menaçant Joseph.

Plus de 40 heures plus tard, le 12 juin 2014, Joseph a finalement été localisé. C’est son cousin, parti à sa recherche, qui le repéra. La GRC, ainsi que des équipes de secouristes, ont été immédiatement dépêchées sur les lieux. En raison de l’inclinaison de la pente, il a fallu environ trois heures aux secouristes pour rejoindre et extirper Joseph du site de l’accident et le transporter d’urgence à l’hôpital où il a subi plusieurs interventions chirurgicales et mois de convalescence pour se remettre de ses blessures.

Près d’un an s’est écoulé depuis ce terrible et tragique accident. Joseph se remet toujours à la fois physiquement et psychologiquement. Pour Joseph, il ne fait aucun doute que Sako a joué un rôle crucial dans sa capacité à survivre à cette expérience douloureuse, effrayante et potentiellement mortelle. Non seulement les comportements protecteurs et héroïques de Sako ont contribué à assurer la sécurité de Joseph, c’est également le dévouement et la compagnie inébranlable de Sako qui lui ont donné l’espoir et le courage de tenir bon jusqu’à ce qu’on le retrouve.

Badger

Abandonné dans les bois lorsqu’il n’était encore qu’un chiot, Badger, un labrador croisé rottweiler, a été sauvé il y a 10 ans par son propriétaire actuel, Derik Hodgson. Derik, un retraité de 71 ans, est un photographe passionné, amateur de plein air et amoureux des animaux depuis toujours. Vivant seul dans une cabane isolée à Elgin, en Ontario, Derik a rapidement appris à compter sur Badger, d’abord comme compagnon de confiance et ensuite, comme meilleur ami fidèle. Il était loin de se douter qu’un jour, ce serait au tour de Badger de lui sauver la vie.

C’était un après-midi glacial de février et le mercure plongeait sous les -20 degrés Celsius. Derik a remarqué que quelques aigles volaient au-dessus du lac près de sa cabane et, ne voulant pas manquer l’occasion de les photographier, il a décidé de sortir avec Badger et son appareil photo. Dans sa hâte, Derik n’a pas mis son manteau d’hiver et n’a pas pris son téléphone mobile.

Alors qu’il marchait sur le lac gelé, avec Badger à ses côtés, Derik a glissé et est tombé lourdement sur la glace. Malgré plusieurs tentatives, Derik n’arrivait pas à se relever. En proie à la panique et en état de choc, Derik ressentait une douleur intense dans toute la jambe. Celle-ci était cassée à deux endroits et il avait un tendon rompu. Derik était mal en point : paralysé sur ce lac gelé, sans manteau et sans âme qui vive aux alentours. Il a bien essayé de crier, espérant que quelqu’un l’entendrait, mais en vain.

Sentant que quelque chose n’allait pas, Badger a commencé à tourner autour de son maître, en le poussant du museau et en aboyant. Cependant, au lieu de se lever et de les ramener à la maison, Derik restait sur le dos, frissonnant. Perdant et reprenant connaissance en raison de la douleur et du froid, Derik a aperçu le collier rouge de Badger. Se rappelant leurs vieux jours de traîneau à chien, Derik a agrippé fermement le collier de Badger et crié : « Mush, Badger, tire! ». C’était un scénario très différent, mais tout comme Derik savait qu’il le ferait, Badger a compris que son maître avait besoin d’aide et a commencé à le tirer lentement vers la berge du lac gelé.

Derik s’est agrippé encore plus fermement au collier de Badger et celui-ci a continué de le tirer jusqu’à sa cabane, soit sur près de 400 mètres, en haut d’une petite colline. Une fois arrivé à la porte, Derik a réussi à se traîner dans la cabane et à attraper son téléphone mobile pour appeler à l’aide. À leur arrivée, les ambulanciers ont noté que Derik était presque en hypothermie grave.

Aujourd’hui, Derik est toujours en convalescence à la maison après plus d’un an de rendez-vous avec son médecin et son kinésithérapeute. Il a été hospitalisé et confiné à un fauteuil roulant pendant plusieurs semaines jusqu’à ce qu’il retrouve sa force et sa mobilité. Sans l’inébranlable détermination et le dévouement de Badger ce jour-là, Derik croit qu’il n’aurait pas réussi à se déplacer à temps et qu’il aurait succombé à ses blessures. Derik s’en est tiré de justesse et il est éternellement reconnaissant à son meilleur ami d’avoir été là pour lui quand il en a eu le plus besoin, et de lui avoir sauvé la vie.

Nettle

Nettle, un labrador blond de deux ans à l’odorat hors du commun, s’est jointe à la famille Bordman en 2013. Elle a fourni à Terry et à Beata Bordman une paire de mains ou plutôt, de pattes, supplémentaires bien nécessaire pour les aider à prendre soin de leurs deux jumelles, alors âgées de 12 ans. Brooke et Jade sont toutes deux atteintes de deux maladies mortelles : le diabète de type 1 et la maladie cœliaque.

En tant que l’un des premiers chiens d’assistance pour personnes diabétiques des Chiens-guides de la Fondation des Lions du Canada, Nettle était déjà été considérée comme étant un animal d’assistance spécial. Or, son rôle dans les soins aux jumelles Bordman la rendrait encore plus extraordinaire, puisqu’elle serait responsable de la vie de non pas une, mais de deux jeunes filles.

Depuis le diagnostic de diabète de type 1 et de maladie cœliaque de Brooke et de Jade à l’âge de trois ans, Terry et Beata ont travaillé sans relâche pour surveiller la glycémie de leurs filles toute la journée, s’assurant qu’elle ne descende pas trop bas et ne monte pas trop haut. Il s’agit d’une tâche particulièrement difficile avec des enfants, car ils n’ont pas toujours le réflexe d’alerter quelqu’un si leur glycémie change rapidement, ce qui les rend à risque de sombrer dans un coma diabétique potentiellement mortel. De plus, l’allergie grave des jumelles au gluten rend les choses encore plus compliquées, car la famille doit être très prudente quant au type d’aliments et de sucres que les filles peuvent manger lors d’épisodes d’hypoglycémie.

S’il s’agit d’une situation assez difficile à gérer pendant la journée, c’est encore plus exigeant la nuit, quand Brooke et Jade dorment. Avant l’arrivée de Nettle, Terry et Beata se relayaient pour contrôler la glycémie de leurs filles à plusieurs reprises tout au long de la nuit. Non seulement c’était fatigant pour les filles, c’était aussi épuisant et extrêmement stressant pour Terry et Beata, qui étaient constamment inquiets de la sécurité de leurs filles, ainsi que de la fréquence et de la précision de leurs contrôles nocturnes.

Mais tout cela était sur le point de changer lorsque la famille a fait la connaissance de Nettle.

En 2013, la famille Bordman a été référée aux Chiens-guides de la Fondation des Lions du Canada pour son tout nouveau programme de chiens d’assistance pour personnes diabétiques. Ils firent bientôt la rencontre de Nettle, un chiot enjoué doté d’une intuition puissante et d’un odorat exceptionnel, qui était prête et disposée à faire la différence dans la qualité de vie de la famille Bordman.

Dès son arrivée, Nettle s’est immédiatement mise au travail. Et à peine quelques nuits plus tard, elle alertait Terry et Beata que Jade souffrait d’une hypoglycémie grave. Cette situation alarmante serait malheureusement passée inaperçue, car elle était survenue entre les contrôles nocturnes réguliers des parents de Jade. Il est trop difficile pour la famille de même envisager ce qui aurait pu se passer.

Ce n’était que la première de nombreuses alertes qui sauveraient des vies. Depuis, Nettle est venue à la rescousse des jumelles à plusieurs reprises. En veillant constamment sur leurs filles, Nettle procure une tranquillité d’esprit d’une valeur inestimable à Terry et Beata, à savoir que leurs filles sont en sécurité. Que ce soit en alertant Terry et Beata ou même en allant chercher les trousses des filles en cas d’hypoglycémie, on peut toujours compter sur Nettle pour être là pour Brooke et Jade.

L’histoire unique de Nettle est une source d’inspiration qui ouvre la voie aux nouveaux chiens d’assistance pour personnes diabétiques au Canada. Nettle est une véritable pionnière dans cette catégorie d’animaux d’assistance. Pour la famille Bordman, Nettle sera pour toujours l’ange gardien de la famille, celle qui a sauvé, et qui continue de sauver, la vie de Brooke et de Jade.

Bella

Le 10 juillet 2014, Rob Sheardown a adopté un berger d’Anatolie à la SPCA de la région de Windsor/Essex. Elle s’appelait Bella et Rob a vite constaté que c’était un chien très obéissant et bien entraîné. À l’époque, Rob pensait qu’il allait tout simplement rentrer à la maison avec un nouveau compagnon pour lui-même. Il était loin de se douter que sauver Bella permettrait un jour de sauver la vie d’une autre personne.

Un dimanche après-midi tranquille à la fin novembre 2014, Rob est rentré à son appartement de Windsor avec Bella après leur promenade quotidienne dans le parc. Comme toujours, Rob est entré dans son immeuble et a traversé le hall d’entrée avec Bella à ses côtés, en direction de l’ascenseur du rez-de-chaussée. Fidèle à son caractère de chien obéissant, Bella marchait au pas, n’osant pas dévier de cette routine ni contester les ordres de Rob. Du moins, jusqu’à ce qu’ils arrivent devant l’ascenseur.

Pour une raison que Rob ignorait encore, Bella refusa net de monter dans l’ascenseur. Plutôt, elle se mit à tirer sur sa laisse pour le ramener vers le hall d’entrée. Ne comprenant pas son comportement bizarre, Rob a essayé de tirer Bella dans la bonne direction, lui ordonnant à plusieurs reprises de le suivre, mais le chien refusait d’obéir. Enfin, Bella tira tellement fort sur sa laisse qu’elle a pu éloigner Rob de l’ascenseur et le conduire plus loin dans le hall d’entrée, derrière l’un des canapés.

Médusé, Rob suivit Bella et, à sa grande surprise, aperçu un homme âgé visiblement mal en point qui gisait derrière le canapé. Il était pâle, transpirait abondamment et semblait désemparé. Rob a immédiatement aidé l’homme à s’étendre sur le canapé et lui a demandé ce qui n’allait pas. L’homme s’est plaint de douleurs à la poitrine et il est vite devenu évident qu’il était en proie à une crise cardiaque. Rob a appelé une ambulance et, en attendant l’arrivée des secours, Bella s’est assise à côté de l’homme et a mis sa patte sur son bras. Bella n’a pas bougé jusqu’à ce que les ambulanciers arrivent et emmènent l’homme à l’hôpital le plus proche.

Grâce à l’intuition, à la persévérance et à la détermination de Bella, le vieil homme a reçu les soins médicaux dont il avait besoin, juste à temps. Dans une situation où chaque seconde compte, les ambulanciers ont dit que si l’homme était resté seul dans le hall encore beaucoup plus longtemps, il n’aurait pas survécu. Malentendant d’une oreille, et sachant que le hall d’entrée est généralement vide le dimanche, Rob est convaincu que personne, pas même lui, n’aurait découvert l’homme à temps sans l’intuition et la vigilance de Bella.

À ce jour, Rob demeure épaté par Bella et sa façon de venir en aide à un parfait inconnu. Lorsque Rob regarde Bella aujourd’hui, il ne voit plus un chien dont on a sauvé la vie, mais plutôt, un chien qui sauve des vies.