Teddy Bear

Bien que Teddy Bear soit toujours très câlin, Georgina Bramwell trouvait étrange qu’il lui donne plus d’attention que d’habitude. Son pomeranien d’un an avait en effet un drôle de comportement depuis environ un mois. Dès qu’elle s’assoyait ou se couchait avec Teddy Bear dans sa maison de la région d’Halifax, il se mettait à sentir son côté droit, à y donner des coups de pattes et même à se jeter dessus.

Georgina et son époux, Robert, n’arrivaient pas à comprendre le comportement de leur chien. Ils le repoussaient, croyant qu’il voulait jouer d’une bien drôle de façon. “Il me rendait complètement folle, a déclaré Georgina en se rappelant les événements de 2004. Il ne me laissait pas tranquille. Je l’ignorais, croyant que c’était une habitude qu’il avait développée.” teddybear_hero-2

Puis un soir, après avoir pris une douche, Georgina se coucha sur son lit avec Teddy Bear. Il se mit à enfoncer sa tête dans son côté droit une fois de plus. Il s’agitait de plus en plus, écarquillant les yeux. On aurait presque dit qu’il allait la mordre.

Mais cette fois, Georgina ressentit une douleur au contact de Teddy Bear avec son sein droit. Elle se mit immédiatement à examiner sa poitrine et sentit une bosse dure. Le lendemain, elle se rendit avec son mari, Robert, chez son médecin à Dartmouth. Un cancer du sein fut diagnostiqué et, peu après, Georgina entra à l’hôpital pour subir une chirurgie.

Aujourd’hui, elle se porte bien. Elle est convaincue que la persévérance de Teddy Bear a été la clé pour qu’elle découvre la bosse qui a entraîné la chirurgie. Georgina avait l’habitude de faire l’auto-examen de ses seins, bien qu’il n’y eût aucun antécédent de cancer du sein dans sa famille. Teddy Bear n’a jamais plus démontré le même comportement étrange envers sa maîtresse.

On ne saura jamais s’il a réellement “senti” la tumeur. Des recherches approfondies, surtout aux États-Unis et en Angleterre, ont montré que les chiens sont peut-être capables de déceler les dérivés d’alcanes (de simples composés d’hydrocarbures) et de benzène dégagés par les tumeurs.

“Teddy Bear savait que quelque chose n’allait pas, a déclaré Robert. C’est nous qui avons mis du temps à comprendre son comportement.” “Peu importe s’il existe des preuves scientifiques ou non, ajoute Georgina, Teddy Bear a aidé à sauver ma vie, j’en suis convaincue.”